Shoshin 初心, " N'oublie jamais que tu as été un débutant " détruire pour reconstruire

Publié le 19 Mars 2017

Shoshin L'esprit du débutant

Shoshin L'esprit du débutant

Shoshin est un des principes dans les arts martiaux (mais pas uniquement) qui est très souvent analysé sur la toile, mais j'avais envie de démontrer encore une fois que les principes qui régissent la pratique martiale peuvent et j'irais jusqu'à dire, doivent se retrouver dans la vie en général, professionnelle comme au quotidien.

 

N'oublie jamais que tu as été un débutant

Jean François DEBACQ senseï

Ces mots résonnent toujours en moi depuis toutes ces années, Ils viennent de Jean François DEBACQ mon premier sensei, celui qui m'a enseigné bien plus que l'iaïdo de la Zen-Nippon-Kendo-Renmei, ZNKR 全日本剣道連盟 ou plus couramment nommé Seitei Iaï 制定 居合.

Garder cette "fraicheur" dans la pratique n'est pas chose aisée, cela demande une disponibilité d'esprit, un esprit semblable à une tasse capable de contenir le savoir sans se laisser submerger.

Cela commence par accepter les corrections de l'enseignant, savoir écouter les conseils des Sempaï mais aussi des "nouveaux" tout cela fait avancer. L'apprentissage se fait à chaque instant et il vient de toutes les directions, c'est la diversité qui enrichit l'être humain, sur les tatamis comme dans la vie.

Shoshin c'est être humble, c'est oublier ce que l'on croit savoir et détruire cette fausse certitude. C'est se dire " Je ne sais rien ou pas grand chose et je l'admet "

vider sa tasse à chaque instant

vider sa tasse à chaque instant

Shoshin 初心, " N'oublie jamais que tu as été un débutant " détruire pour reconstruire

« Dans l’esprit du débutant n’existe pas la pensée : "j’ai atteint quelque chose". Toutes les pensées égocentriques limitent notre vaste esprit. Lorsque nous n’avons pas l’idée de réalisation, pas l’idée de soi, nous sommes de vrais débutants. Alors nous pouvons réellement apprendre quelque chose. [...] Il n’est pas nécessaire d’avoir une profonde compréhension du zen. Même si vous lisez beaucoup de livres sur le zen, vous devez lire chaque phrase avec un esprit neuf. Vous ne devriez pas dire "je sais ce qu’est le zen", ou "j’ai atteint l’illumination". C’est aussi le vrai secret des arts [martiaux] : soyez toujours un débutant. Faites très, très attention à ce point. »

Shunryu Suzuki

Voici un passage d'un article du Paris Aïkido Club qui pour moi fait écho à l'esprit du débutant ainsi qu'au principe de progression Shu Ha Ri.

" 道法自然, Dōhō Shinnen ou Dōhō Jizen : Le sens d’une Voie est d’être naturel

La première calligraphie était en style kaishō, chaque caractère étant tracé trait à trait, en levant le pinceau entre chaque trait et en prenant de l’encre entre chaque caractère. En aikidō, cela correspond à l’apprentissage de la technique, que l’on exécute un mouvement parès l’autre, en soignant le placement et les directions. D’après Tiki Shewan, c’est ce que l’on attend aux premier et deuxième dan.

La deuxième calligraphie est en style gyushō, où plusieurs traits peuvent être groupé en un geste unique. C’est ce qui se produit lorsque la technique étant formellement mâitrisée, on peut chercher un mouvement fluide et sans a-coups, devant caractériser la pratique à partir de l’obtention du deuxième dan.

La troisième calligraphie est réalisée dans le style sōshō, où l’ensemble de la calligraphie est tracée d’un seul souffle et d’une seule prise d’encre. Les caractères deviennent difficilement déchiffrables sauf pour l’initié, et il n’en ressort de l’essence, et leur mise en relation dans une seule expression. C’est l’aboutissement de la technique, ce que nous présentent les pratiquants les plus anciens.

Tiki et Pascal nous expliquent qu’il n’y a pas de véritable hiérarchie entre ces styles : au fur et à mesure que l’on va vers un style plus fluide, cela améliore la qualité de notre kaishō "

Michi, Do la voie est multiple

Michi, Do la voie est multiple

Le plus dur dans tout cela est de garder cet esprit tout le long de sa vie, c'est à ça que l'on reconnait d'ailleurs les plus grands experts. J'ai de nombreuses fois cité Kuroda Tetsuzan ou Kono Yoshinori (pour ne citer qu'eux), il me semble que pour qu'ils en soient arrivés à un tel niveau dans leur art, en plus évidemment d'une pratique intensive, sans le Shoshin rien n'est possible et on va au devant de grandes désillusions.

Kuroda Tetsuzan et Kono Yoshinori © Sébastien CHAVENTON -Exworld.fr
Kuroda Tetsuzan et Kono Yoshinori © Sébastien CHAVENTON -Exworld.fr

Kuroda Tetsuzan et Kono Yoshinori © Sébastien CHAVENTON -Exworld.fr

L'esprit du débutant c'est explorer en continu sans se fixer de limite ni en cherchant des raccourcis, ne soyons pas comme le lapin blanc toujours pressé ;)

Shoshin c'est apprendre de ses victoires mais encore plus de ses échecs, c'est s'ouvrir au monde et non pas s'enfermer dans une auto satisfaction destructrice. C'est être humain en fin de compte, le Dojo est partout, c'est à chacun de nous de le faire vivre. Dans mon métier d'AMP le Shoshin est primordial car sans lui le risque d'épuisement professionnel est réel et donc peut amener à la maltraitance. Apprendre de mes Sempaï Aide Médico Psychologique, Moniteur éducateur, Educateur Spécialisé et autres professionnels. Apprendre également des personnes que nous accompagnons est d'une grande richesse.

Ne jamais renier son parcours car c'est lui qui vous a amené là où vous en êtes
Ne jamais renier son parcours car c'est lui qui vous a amené là où vous en êtes

Ne jamais renier son parcours car c'est lui qui vous a amené là où vous en êtes

Rédigé par Mathias Capron

Publié dans #Shoshin, #Budo, #Réflexions, #Amp, #Aikido, #Kishinkai

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Je suis tomber sur votre blog en faisant des recherches suite à une situation actuelle compliquée...<br /> Je tiens à vous dire encore merci et bravo pour vos écrits et reflexions qui résonnent avec beaucoup de sensibilité et de vérités! Je n'ai pas pu lacher votre blog pendant plusieurs heures!! Etant moi meme passionnée d'arts martiaux karaté et iaido et éducatrice spécialisée auprès d'un public en situation de handicap psychique, tout me parle!! J'aurais aimé savoir comment a évolué votre atelier au sein du foyer, vos observations et le ressenti des personnes??
Répondre