Ouverture du keikokaï Kishinkaï Aïkido Saint Etienne début Septembre

Publié le 24 Août 2015

Le Kishinkaï est l'école fondée par Léo Tamaki

Entouré de ses amis et co-fondateurs : Isseï Tamaki, Tanguy LeVourc'h et Julien Coup

Ouverture du keikokaï Kishinkaï Aïkido Saint Etienne début Septembre
Ouverture du keikokaï Kishinkaï Aïkido Saint Etienne début Septembre
Ouverture du keikokaï Kishinkaï Aïkido Saint Etienne début Septembre
Ouverture du keikokaï Kishinkaï Aïkido Saint Etienne début Septembre

LE KISHINKAÏ

"C'est sous le nom de Kishinkaï Aïkido que je désigne mon enseignement, et celui des gens qui travaillent dans la même direction que moi. Ainsi énoncé, cela est clair. Pourtant dès lors que l'on demande une définition plus précise, les choses se compliquent. Car on peut parler des principes techniques, de la façon d'utiliser le corps, de l'éthique, des sources historiques, etc… De quoi noircir un certain nombre de pages

Mais lorsque l'on rencontre des maîtres tels que Kuroda senseï, on se rend compte que la description de leur travail ne peut rendre que de façon très superficielle la réalité. Et comment décrire les spécificités du travail de maître Tamura, de maître Yamaguchi, de maître Shioda, etc…

On s'expose presque inévitablement à n'être que partiel."

- Léo Tamaki -

Le nom de l'école est composé de trois kanjis 喜 : se réjouir, 振 : approfondir et 会 : le groupe, l'école.

Le Kishinkaï est donc l'école dans laquelle les adeptes "approfondissent la voie dans la joie".

* Le contexte de travail consiste à considérer que le partenaire/adversaire est plus grand, plus fort, plus rapide, etc. Malgré ce départ fortement défavorable, l'entraînementvise à permettre au pratiquant de faire pourtant preuve de bienveillance dans l'exécution des techniques.

Pour renverser la situation, le pratiquant du Kishinkaï s'appuiera sur un travail sur la lecture de l'intention, le relâchement et la mobilité.

Il n'est donc pas question d'utiliser la force musculaire !

(L'article d'Arnaud Lejeune donne d'autres éléments dans une liste qui n’est ni exhaustive, ni figée.)

"L'école Kishinkaï, soyons clairs, n'est pas une fédération.

Il y a aujourd'hui le choix entre des fédérations et des koryus. Dans le koryu, il y a une seule façon de faire les choses qui est celle du maître, et on peut te laisser une petite latitude, mais la transmission est très claire. Dans les fédérations, on est censé accepter tous les différents courants, avec le plus petit dénominateur commun, même s'il peut y avoir des situations différentes exceptionnelles.

*

Ce que je souhaite fonder avec le Kishinkaï, et ça fonctionne comme ça aujourd'hui, c'est une structure suffisamment forte pour qu'elle puisse rester unie autour de certains principes clés, d'une certaine éthique, d'une certaine direction de travail, avec une latitude suffisamment importante pour que les gens puissent explorer, que l'évolution fasse partie de l'ADN de l'école. C'est très compliqué puisque aujourd'hui, je n'ai pas le sentiment que ça existe, et je voudrais que le type d'évolutions que j'ai pu apporter puisse être amené par d'autres.

*

Ce que j'aimerais c'est qu'il y ait cet outil, une école qui ait cet ADN du changement,

mais qui ait quand même des choses suffisamment fortes pour qu'il y ait une identité commune.

Ça c'est un gros défi."

- Léo Tamaki - Issue de : Entretien avec Léo Tamaki : La jeunesse au service de l'évolution de l'Aïkido)

Tout le groupe du keikokaï Kishinkaï Aïkido Saint Etienne vous invite sur ses tatami.

Au plaisir de pratiquer ensemble !

Rédigé par Mathias Capron

Publié dans #Aikido, #Recherches, #Budo, #Kishinkai

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Cool !!!!!!!!
Répondre