Shinbukan Kuroda Dojo 振武舘 黒田道場, Koryu un voyage en terre inconnue

Publié le 19 Février 2015

Chaque être humain sur cette terre cherche un chemin, un but qui l'aidera à se sentir libre et à vivre pleinement son existence. La pratique martiale ne fais exception à cela non plus, on choisit son propre chemin, pour certain cela revient plus à avoir une activité physique, chose tout à fait louable et pour les autres c'est le désir d'aller au delà de la pratique "classique" pour essayer de se rapprocher des origines de ce qui nous pousse à user le keikogi et le hakama sur les tatami, je veux parler des Koryu.

Qu'est ce qu'un Koryu ?

Un Koryū (古流, littéralement « École ancienne » aussi nommé Kobudō 古武道, Arts martiaux anciens, avant 1968) désigne les écoles d'arts martiaux japonais antérieures, du point de vue de leur fondation, à la restauration Meiji (1866) ou à l'Édit Haitorei (1876), qui interdit le port du sabre.

L'expérience de pratiquer au sein d'une école traditionnelle va bien au delà d'un entrainement dans un Dojo d'arts martiaux modernes ou gendai budō 現代武道, d'ailleurs tous les arts martiaux modernes ont pour origine les arts anciens.

  • Kano Jigoro a créé le Judo à partir du Kito Ryu et du Tenshin Shinyo Ryu
  • Ueshiba Morihei a créé l'Aïkido à partir du Daïto Ryu, du Kashima Ryu et du Hozoin Ryu
  • Funakoshi Gichin a créé le Karate Shotokan à partir du Karate-Jutsu d'Okinawa
  • Le Kendo a été créé en grande partie sur la base du Ittō-ryū

Pour vous familiariser avec l'univers des Koryu et avec la transmission dans les écoles anciennes je vous invite à vous évader en lisant Traditions Martiales, origine et transmission du savoir dans les écoles d'escrimes japonaises par Ellis Amdur.

Kano Jigoro (Judo), Ueshiba Morihei (Aïkido), Funakoshi Gichin (Karatedo)
Kano Jigoro (Judo), Ueshiba Morihei (Aïkido), Funakoshi Gichin (Karatedo)
Kano Jigoro (Judo), Ueshiba Morihei (Aïkido), Funakoshi Gichin (Karatedo)

Kano Jigoro (Judo), Ueshiba Morihei (Aïkido), Funakoshi Gichin (Karatedo)

Shinbukan Kuroda Dojo 振武舘 黒田道場, Koryu un voyage en terre inconnue
Ellis Amdur

Ellis Amdur

Je ne résiste pas à l'envie de publier cette vidéo d'Ellis Amdur lors de la NAMT 2013 démontrant l'Araki-ryu, l'on sent un engagement total dans chaque mouvement et c'est là je pense toute la force et l'intérêtde l'étude d'un Koryu.

Pour moi on ne choisit pas un Koryu, c'est lui qui vous accepte et vous fait évoluer en tant que pratiquant mais surtout en tant homme, il vous rend adulte d'une certaine façon.

Inconsciemment ou consciemment on cherche à différentes période de sa vie à faire partie d'un groupe et d'exister en tant qu'individu mais aussi en tant qu'entité. Il y a là un aspect familial quand on y réfléchit enfin c'est mon avis et comme dit Maxime Le Forestier

On choisit pas ses parents,
on choisit pas sa famille
On choisit pas non plus
les trottoirs de Manille
De Paris ou d'Alger
Pour apprendre à marcher

Maxime Le Forestier

Shinbukan Kuroda Dojo 振武舘 黒田道場, Koryu un voyage en terre inconnue

Kuroda Tetsuzan le Maître du Shinbukan

Pour ceux qui ne connaissent pas cette école ancienne je m'en vais vous la présenter du mieux que je peux ainsi que son Soke Kuroda sensei.

Kuroda Tetsuzan est l'un des plus grands maîtres d'arts martiaux contemporains. A vingt ans il devient le plus jeune pratiquant de l’histoire à recevoir le titre de Hanshi Hachidan (8ème dan) de Kobudo du Daï Nippon Butokukaï. Pratiquant hors pair il est aussi un théoricien exceptionnel qui a mis en lumière les principes régissant l'utilisation du corps dans les voies martiales traditionnelles.

Shinbukan une tradition en héritage

Le Shinbukan Kuroda Dojo a été fondé par Kuroda Yahei en 1848. Les Kuroda étaient une famille de samouraïs du han (province) de Toyama où ils étaient au service du clan Maeda.
Kuroda Yahei était un pratiquant passionné et extrèmement doué des arts martiaux. Il reçut l’enseignement de cinq écoles martiales de Genzo Noguchi senseï à Toyama. Ces cinq écoles étaient le Shishin Takuma Ryu Jujutsu, le Komagawa Kaishin Ryu Kenjutsu, le Tamiya Ryu Iaijutsu, le Tsubaki Kotengu Ryu Bojutsu et le Seigyoku Oguri Ryu.

Kuroda Yahei devint si bon que Genzo Noguchi le désigna comme son successeur et futur Soke de ces styles. Kuroda Yahei fonda alors le Kuroda Dojo où il enseigna ces écoles.

Au départ l’école de Kuroda Yahei n’était connue que sous le nom de Kuroda Dojo. Mais en 1884 l’ancien chef du clan dirigeant le han de Toyama, Maeda Toshiatsu, honora le dojo en lui donnant le nom de Shinbukan. L’école devint alors connue sous le nom de Shinbukan Kuroda Dojo.

Aujourd’hui le programme d’études du Shimbukan Kuroda Dojo consiste en quatre écoles :

  • Shishin Takuma Ryu Jujutsu
  • Komagawa Kaishin Ryu Kenjutsu
  • Tamiya Ryu Iaijutsu
  • Tsubaki Kotengu Ryu Bojutsu

Une rencontre déterminante

Cela fait longtemps que je porte un très fort intérêt à Kuroda sensei et bien évidemment à son école le Shinbukan Kuroda Dojo 振武舘 黒田道場, la première fois que j'ai vu Kuroda sensei c'était en visionnant une vidéo de sa démonstration pour la NAMT (Nuit de Arts Martiaux Traditionnels) en 2007, organisé par Léo Tamaki c'est un événement que je vous invite à aller admirer que vous soyez pratiquant ou non.

C'est cette vidéo qui a fait germer en moi ce besoin d'aller explorer d'autres horizons, de faire de nouvelles rencontres en gros de me jeter corps et âme dans l'inconnu.

Engagement et devoirs

Les règles du Shinbukan sont simples et claires. Elles insistent sur une conduite et une attitude correcte, mais surtout sur l’interdiction de:

  • pratiquer avec des personnes ne faisant pas partie de l’école
  • enseigner
  • effectuer des démonstrations.

Le Shinbukan est un koryu, devenir membre du Shinbukan implique un engagement personnel important et des devoirs qui sont différents de ceux que l'on demande aux pratiquants de Budo en général. Il faut oublier tout ce que l'on croit savoir, garder l'esprit du débutant Shoshin prend toute sa dimension dans le cas présent. C'est donc avec un esprit neuf que j'arpente ce chemin qu'est le Shinbukan et les enseignements de Kuroda sensei.

"Dans la pratique des katas si chacun bouge comme il en a l'habitude, de la façon la plus confortable pour lui, cela ne sert à rien, c'est "dame na keïko". Les kata sont là pour nous apprendre à bouger d'une façon différente. Il est normal que leur pratique soit difficile. Bien sûr au départ on ne peut pas bouger correctement et le geste n'est donc pas juste. Mais si les points travaillés sont présent "heta na keïko" (entraînement maladroit) deviendra "jozu na keïko" (entraînement adroit)."

Kuroda sensei

Shinbukan Kuroda Dojo 振武舘 黒田道場, Koryu un voyage en terre inconnue

« Il y a une différence entre connaître le chemin, et arpenter le chemin. »

Andy Wachowski

Faire le grand saut ...

Faire le grand saut ...

Un instant à jamais gravé dans ma mémoire

Un instant à jamais gravé dans ma mémoire

Rédigé par Mathias Capron

Publié dans #Budo, #Stages, #Kuroda, #Traditions

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article